"Pétales de V.I.E"

Vivant - Informer - Enfants

Habitat groupé et lieu d'accueil, en partie crudivore, à côté de Montauban !

Objectif : installation avant été 2020

PRÉSENTATION SUCCINTE DU PROJET

Où en est le projet, en résumé

- Valeurs et raison d'être du projet : définis depuis plusieurs années (Vivant - Informer - Enfants)

- Lieu en vu : château de Granès à côté de Montauban (3 visites en 6 ans et repositionement depuis septembre 2019 après avoir visité d'autres lieux)

- Montant nécessaire estimé : 2.000.000 € (achat + notaire + travaux), ce qui est peu vu le potentiel du lieu, et donc les revenus possibles! Voir plus bas, et 1ere vision financière...

- Type d'habitat : chambre, appartement, maison, studio. Besoin de plus d'infos pour voir si l'habitat léger et le camping peuvent être acceptés

- Membres futures habitants : en attente de confirmation des membres qui étaient potitionnés sur le projet avant que le château de Granès soit définit comme lieu (environ 20 foyers). Nous démarrerons à 15-20 foyers, puis nous verrons par la suite si l'on peut agrandir une fois que nous aurons pris nos marques. Une liste d'attente sera créée pour ceux qui souhaitent intégrer le lieu.

- Statuts : coopérative d'habitants + montage à définir avec la partie "non habitante" (hôtellerie, location saisonnière, location de salle, stages, cours hebdomaire, location terrain agricole)

- Financement : à définir. Les pistes : parts sociales, apport en compte courant d'associé, prêt social locatif et/ou prêt de la coopérative oasis à taux zéro, prêts bancaires.

- Conditions financières pour intégrer le projet : acheter au moins une part sociale (montant à définir ensemble, cela peut autant être 10 € que 1000 €), payer une redevance chaque mois, qui comprend un loyer (APL possible) et une "part acquisitive" (plus d'infos dans le paragraphe sur la cooéprative d'habitant)

- Prochaines étapes : sondage pour les personnes intéressées (habitants et visiteurs), visite du lieu en groupe, montage d'une association (statuts déjà travaillés précédemment, accompagnement par Hab Fab, etc.

Lieu en vue

Le château de Granès, à côté de Montauban, à Réalville, à 1h de Toulouse.

Le domaine dispose d’un château avec 40 chambres, 7 salles, cuisine professionnelle, grande salle de restaurant, bar et espace salle à manger / restaurant, caves, 4 bureaux/accueil, plusieurs dépenses dont 2 maisons, 12 studios, 2 appartements, 9 chambres, atelier, autres bâtiments, piscine, mini-golf, terrain de tennis

68 ha, parc tricentenaire - certifié biodiversité - dont :
45 hectares de bois
15 hectares de champs et de près
4 hectares de lac

Les 3 piliers de notre oasis Pétales de V.I.E. (valeurs et raison d'être)

- V pour "Vivant" : fait référence à tout ce qui nourrit le vivant; hygiène de vie naturelle, alimentation vivante, sommeil, activité physique adaptée, relations sociales épanouïssantes, une bonne respiration, etc. En opposition avec ce qui détruit le vivant (alimentation "morte", ne pas respecter son sommeil, stress, molécules chimiques dans notre environnement, cigarette, drogues, ...)

- I pour "Informer" : s'étend de manière large, également à s’informer, former, se former : via des échanges libres entre les individus, des conférences, des stages, de l’apprentissage en auto-didacte (vidéos, livres, ...), etc. Et aussi pour le fait que c'est un lieu d'accueil où l'ont souhaite informer, par l'exemple, ou des événements, sur les thèmes qui encadre ce "I" : le "V" et le "E".

- et E pour "Enfants" : éducation bienveillante, prise en compte de l'avis des enfants, allaitement, co-dodo, portage, HNI, couches lavables, motricité libre, apprentissage libre, tendance IEF et/ou école alternative, soutien aux parents.

 

Quelques valeurs-règles de base sur le lieu :

  • Dans les parties communes : alimentation hypotoxique et part importante au cru (aliments interdits : blé, sucre raffiné, produits laitiers de vache, aliments et boissons industriels qui contiennent des additifs dangereux). Chacun fait ce qu'il veut dans les parties privées, du moment que les régimes alimentaires des enfants sont respectés s'ils viennent chez vous. Lieu non végétarien. 

  • Élevage d'animaux autorisé dans les conditions et parties du lieu qui conviendront le plus possible à la majorité des habitants.

  • Animaux domestiques autorisés pour les premiers habitants, à voir par la suite pour les nouveaux. Une fois sur le lieu les habitants ne pourront pas avoir de nouveaux animaux, sauf accord du groupe.

  • Rien de défini par rapport  aux écrans et télé en particulier. Tendance pour ne pas avoir de tv dans les parties communes. Ce sera à définir ensemble si besoin de poser une règle à ce niveau.

  • Les membres ont toujours été d’accord pour qu’il n’y ait pas de wifi sur le lieu. Internet sera accessible par câble.

  • Le lieu serait totalement interdit à la cigarette (de tous types) et à la drogue.

  • Pas l’alcool en général. A décider ensemble : autoriser peut-être les alcools légers lors de fêtes pour ceux qui le veulent.

Initiatrice et porteuse du projet :

Solange Aimé (allias Solange Crudivore - Facebook, Youtube, Instagram) solangecrudivore.fr

Née le 20 janvier 1989 à Béziers.

Passionnée par la danse en général depuis toujours puis par le crudivorisme lors de sa découverte été 2008.

Accouchement naturel à domicile, sans péridurale, été 2011 puis été 2014. Allaitement 2 ans puor chaque enfant, alimentation crue, portage, co-dodo, HNI, nous avons pratiqué un peu l’IEF.

Leur père, David Bayle, est crudivore depuis 2000, et entre autres informaticien, masso-thérapeuthe, maître nageur, coach en vie saine et heureuse, spécialiste en pensée positive.

Nous sommes séparés depuis 2016. Lui souhaite intégrer l’habitat groupé avec les enfants. Pour ma part je ne penses pas y être à plein temps au début car j’ai refait ma vie avec un compagnon à Toulouse, qui pour l’instant n’est pas intéressé par la vie en habitat groupé. Je souhaite pouvoir y partager des moments avec des personnes qui ont les mêmes valeurs que moi et y organiser des événements autour du crudivorisme.

 

Historique simplifié du projet :

C’est lorsque ma première fille est née (2012) que j’ai pris conscience de l’importance de vivre “en tribu”, avec des gens qui ont les mêmes valeurs que nous. Nous avons visité des écovillages existants dans le Sud-Ouest, rencontré des personne qui avaient un projet, mais cela ne nous convenait pas : soit le lieu, soit l’investissement financier, soit l’hygiène de vie. Nous avons donc décidés de monter notre propre projet.

Au fur et à mesure des années, nous avons rencontré des personnes intéressées, dont pas mal de mamans solo, une famille nombreuse en IEF. Nous sommes toujours en contact avec certains puis il y a eu des départs et des arrivées dans les personnes intéressées.

Nous avons fait quelques rencontres, cherché des lieux et visité, essayé de commencer à faire des montages financiers, essayés de trouver des finances. J’ai suivi le premier MOOC oasis de Colibris. Nous avons bien réfléchis au statut. Nous avons commencé un suivi avec Hab Fab en 2018.

Depuis 7 ans que le projet à commencé à émerger, il y a eu des hauts et des bas, entre le fait que les membres étaient assez isolés et pris avec leurs enfants, des déménagements, des naissances, des voyages, etc.

Nous avons repris le projet en main en septembre 2019 et avons décidé de fixer le château de Granès comme lieu, et comme objectif de l’intégrer avant l’été 2020.

Solange

Statuts

La coopérative d'habitants permet d'habiter en étant locataire et sans être obligé d'amener un fort investissement financier pour chaque personne.

Nous sommes individuellement locataire mais collectivement propriétaire.

Le minimum à apporter sera au moins une part sociale dont le montant sera définit par les premiers habitants. Un montage de différents statuts sera à trouver, par rapport à la partie accueil, non habitante.


Mode de gouvernance

Nous n’en n’avons pas énormément parlé, mais cela semble se faire assez naturellement. Quelque chose du style sociocratie / holacratia conviendrait. Beaucoup d’entre nous sont déjà sensibilisés à la communication bienveillante et ont déjà pratiqué des cercles de paroles par exemple. Le plus important est que le bien-être et l’avis de chacun nous importe, et que nous respections les émotions et élans de coeur de chacun. Lorsqu'un groupe se mettra en place plus concrêtement ce sera certainement à préciser.

LE PROJET PLUS EN DÉTAILS

Première vision financière : cliquez ici pour voir les détails

 

Pour info le lieu est financé, à terme, par les loyers des habitants. Plus d'infos dans la partie Coopérative d'habitants.

Il ressort de cette première vision, que :

- dans le cas d'un financement à 100 % par une banque, pour être sûr que le projet soit viable, un minimum de 15 foyers (avec une moyenne de 1,5 chambre par foyer) est sécuritaire, avec activité agricole et quelques activités d'accueil et d'animation sur le lieu,

- dans le cas d'un financement à 15 % par les habitants, 12 foyers seraient suffisants, toujours avec activités diverses sur le lieu,

- dans le cas d'un financement à 30 % par les habitants et des prêts divers à taux zéro, 8 foyers suffisent (toujours avec les mêmes activités diverses à côté).

Ce chiffre de 15 foyers est tout à fait convenable pour un habitat groupé. Habicoop conseille même d'être entre 15 et 25 foyers. Le château de Granès est grand et nous pourrions commencer à 20 foyers. Puis une fois que nous aurons pris nos marques, s'il y a de la demande et que nous pensons que nous pouvons fonctionner à plus, pourquoi ne pas ouvrir à 5 foyers de plus...

Idéalement, une banque demande que les habitants apportent au moins 20% du besoin financier total. Ce qui ne veut pas dire que c’est impossible avec moins attention! Ce qui compte le plus c’est de pouvoir justifier les rentrées d’argent que nous aurons.

 

20 % de 2.000.000 € représente 400.000 €.

Si nous commençons à 20 foyers, cela représente un apport moyen de 20.000 € par foyer.

On parle bien ici de moyenne.

Dans une coopérative d’habitant il peut y avoir des personnes qui n’ont pas d’apport et d’autres qui ont plus ou beaucoup plus. (Remarque : dans une coopérative d'habitant il peut même y avoir des logements sociaux - il faut voir si ce lieu peut répondre aux critères pour contenir des logements sociaux)

Les personnes qui n’ont pas amené d’apport paierons une part de loyer plus importante et une part acquisitive moins importante, alors que ceux qui ont apporté auront une part de loyer (qui est donc perdue pour le locataire) moins importante mais une part acquisitive plus importante (part d'épargne que le coopérateur récupère par la suite).

Plus d'infos dans la partie Coopérative d'habitants.

La Coopérative d'habitant

Habicoop.fr spécialiste de la coopérative d'habitant

Cliquez ici pour accéder au document de présentation d'Habicoop. Il y est expliqué ceci :

<<Les sociétés coopératives d’habitants sont des sociétés à capital variable (...) qui ont pour objet de fournir à leurs associés personnes physiques la jouissance d’un logement à titre de résidence principale et de contribuer au développement de leur vie collective (...). 

Elles se basent sur 3 valeurs fondamentales :
 

Démocratie

Une société coopérative d’habitants repose sur les valeurs d’égalité, de transparence dans la gestion et de participation de chacun aux décisions. La démocratie s’y applique selon le principe « une personne = une voix ». Le système de gestion de la coopérative et les valeurs qui lui sont liées favorisent l’intégration de tous les habitants dans la vie de l’immeuble.

Propriété collective
Comme dans toute coopérative, les membres ont une double qualité.

D’une part, en tant qu’associés coopérateurs ils sont impliqués directement dans la gestion de la structure dont ils détiennent des parts sociales : ils en élisent le(s) gérant(s) et participent régulièrement aux décisions relatives à l’organisation de l’activité de la coopérative.
La coopérative est issue d’un travail collectif qui prend en compte, dans la mesure du possible, les besoins de chacun. Les coopérateurs présents à l’origine du projet définissent ensemble les caractéristiques de leurs logements et des espaces qu’ils souhaitent partager (par exemple espaces extérieurs, balcons, buanderie, chambres d’amis, etc.). Ils établissent les statuts de la coopérative et déterminent de cette manière son fonctionnement interne. 

D’autre part, les membres d’une coopérative d’habitants sont aussi les bénéficiaires des services offerts par la coopérative. Ils sont donc locataires des logements dont la coopérative est propriétaire et payent chaque mois une redevance, dont une fraction peut leur permettre d’acquérir de nouvelles parts sociales.
En tant que propriétaire, la coopérative finance, par l’emprunt, le projet de construction / réhabilitation de l’ensemble des logements et espaces communs et perçoit les redevances mensuelles des coopérateurs lui permettant de s’acquitter de ses charges. Elle assure une gestion durable de son bâti par une provision pour grosses réparations et gros entretien. De plus, une provision pour vacances et impayés de loyer permet de sécuriser le projet.
 

Déconnexion du marché

La coopérative est une société sans but lucratif, elle propose à ses coopérateurs des logements dont les loyers reflètent le coût réel d’exploitation de l’immeuble dans lequel ils vivent. L’implication des coopérateurs, les efforts de mutualisation de moyens et d’espaces et le souhait d’éviter les intermédiaires permettent d’offrir des loyers inférieurs aux prix du marché.
Les coopérateurs acquièrent des parts sociales à leur entrée dans la coopérative.
Parts sociales qu’ils vont revendre ou se voir rembourser lors de leur départ, à leur valeur nominale réévaluée au coût de la vie. Il en sera de même en cas de succession, les ayants droits pouvant demander à intégrer le logement concerné ou à céder ou se faire rembourser les parts sociales correspondantes.
Ainsi, ce ne sont pas les logements qui sont revendus mais bien des parts sociales dont la valeur est déconnectée de la valeur du bâti, garantissant ainsi la sortie du système spéculatif d’un nombre croissant de logements.

 

Et répondent à des enjeux actuels :
 

Accès à tous

La coopérative d’habitants souhaite être accessible à tous en offrant un logement dont la redevance est adaptée aux ressources financières de chaque coopérateur. Ainsi, des liens avec des bailleurs sociaux peuvent être mis en place afin d’atteindre cet objectif. D’autres part, la création de parts sociales en industrie cessibles, (CCH article L201-13), permettra à des coopérateurs d’intégrer la coopérative par un apport travail (sur le projet de construction en phase finition avec un encadrement technique) et favorisera ainsi l’accès au plus grand nombre.
 

Environnement

La construction ou la rénovation de l’habitat prennent en compte des critères écologiques engendrant une moindre pollution et une faible émission de gaz à effet de serre. La mise en commun d’équipements (lave-linge, outils de bricolage et/ou jardinage, etc.) permet de réduire l’impact écologique de leur production et de leur traitement ultérieur en fin de vie.>> [Fin du document]

Les 3 apports possibles à la coopérative : les parts sociales et la redevance qui sont obligatoires, et le compte courant d'associé (CCA)

 

Parts sociales

Chaque personne / foyer coopérateur achète une ou plusieurs part(s) sociale(s) avant d'intégrer le lieu. Les habitants ne sont pas obligés d'avoir le même nombre de parts.

Le montant d'une part est fixé, en commun accord, par les premiers habitants, et sera indiqué dans les status de la coopérative d'habitants : pour donner un exemple cela peut être autant 1 €, que 5000 €. Ce qui est le plus pratiqué est un montant de quelques dizaines d'euros.

Les parts sociales, "réévaluées au coût de la vie", sont récupérées lorsque que la personne quitte l'habitat groupé.

Les conditions de remboursement sont les mêmes pour tous. En général dans un délai de 5 ans maximum.

Il est possible aussi d'acheter une ou des parts sociales, sans être habitant, pour soutenir le projet, et/ou parce qu'on projète d'y habiter plus tard.

Redevance (= loyer + "part acquisitive")

Elle est payée chaque mois par les habitants qui sont locataires. Elle contient le loyer et ce qu'on appelle la "part acquisitive" (p.a.).

La redevance est différente pour chaque personne / foyer, tant en terme de montant que de répartition entre loyer et p.a. Cela dépend de la surface du logement, des revenus et si le coopérateur à une convention de CCA avec la coopérative. 

La part loyer est "perdu" pour le coopérateur. La part acquisitive est épargnée et pourra être récupérée, en général lors du départ du coopérateur.

Par exemple si le coopérateur à un CCA, son loyer va être plus petit et la p.a. plus importante.

Compte courant d'associé (CCA)

Pour ceux qui en ont la possibilité.

En général lorsque le coopérateur a plus de 20 % de la valeur de son logement à disposition, il peut faire une sorte de prêt à la coopérative, sous forme d'une épargne, rémunérée, en général, autour du taux du livret A, via ce qu'on appelle une "convention de compte courant d'associé".

Le taux d'épargne et les conditions de remboursement sont / peuvent-être différentes pour chaque convention.

 

Si la coopérative fait un emprunt en plus à une banque, la banque demandera que la coopérative la rembourse d’abord en premier puis les comptes courants d’associés ensuite.

Il peut être possible de négocier que le remboursement des comptes courant se fasse une fois les intérêts remboursés à la banque (et pas attendre que tout soit remboursés à la banque).

Donc les comptes courants peuvent être « bloqués » 10 ou 15 ans par exemple. Ou moins, bien sûr si l’emprunt est plus petit. Depuis peu, 

Dans le cas d’une liquidation de coopérative, qu’adviendrait-il du bâtiment ?

Le bâtiment est alors revendu sur le marché. Une fois les parts sociales remboursées aux coopérateurs et les dettes épurées, l’argent qui reste, appelé boni de liquidation, ne peut être distribuée entre les coopérateurs. Il doit être reversé à un organisme d’intérêt général ou à une autre coopérative. Ainsi, les coopérateurs n’ont pas d’intérêt financier à revendre le bien immobilier, ce qui est gage de stabilité.

Dans les statuts, certaines clauses peuvent être prévues pour protéger la coopérative de départs trop rapprochés : on peut interdire que le capital social descende en dessous d’un certain seuil, on peut également instaurer un délai de remboursement des parts sociales en cas de problèmes de trésorerie. La meilleure réponse à cette problématique est en cours de construction : il s’agirait de trouver un produit bancaire adapté, qui permette à la coopérative de se re-endetter à chaque entrée sortie pour être en mesure de rembourser immédiatement le ou les coopérateurs sortants. L’enjeu est alors de pouvoir rééchelonner l’emprunt principal pour éviter un empilement des emprunts. Pour pouvoir remplacer au plus vite le coopérateur sortant, la coopérative doit tenir à jour une liste d’attente avec des ménages désireux de la rejoindre.

Avantages et inconvénients du lieu

Remarque : certains points peuvent être un avantage pour certaines personnes et un inconvénient pour d'autres, c'est pourquoi pour les trouverez des deux côtés, exprimés d'une manière différente.

Avantages

  • Le rapport prix-surface est extrêmement intéressant, que ce soit en habitable ou en terrain (1ère vision financière ici) : 4600 m2 de bâti entre le château et le diverses dépendances habitables et non habitables, 68 ha de terrain, pour un investissement estimé à 2.000.000 €.

  • Il dispose d'un point d'eau : lac de 4 ha, ruisseau (je crois même qu'il y a des énormes citernes enterrées qui récupèrent l'eau de pluie).

  • Il se situe dans la région que nous souhaitons et même à 1h de Toulouse. Et à 25 min du centre-ville de Montauban.

  • En plus il y a une école démocratique à 10 min en voiture.

  • Une famille crudivore, qui connait un peu la région autour de Montauban a indiqué qu'il y avait des producteurs de fruits intéressants par là-bas : qualité, prix, bio ou très peu de produits chimiques.

  • Proximité de la ville : accès plus facile aux différents commerces et à des activités diverses.

  • Par rapport aux champs qu'il y a autour du domaine (à priori pas de nuisances notables), deux avantages de celui-ci : le domaine se situe en hauteur, donc cela évite d'éventuellement ruissellements de produits chimiques, et le domaine est grand donc nous ne sommes pas confronté directement à l'environnement extérieur; ce qui est également un avantage si jamais des habitations ou immeubles sont contruits à côté.

  • Nous pouvons contrôler notre environnement proche qui entoure le château et les dépendances et préserver ou planter une forêt.

Éléments à vérifier et prendre en compte, qui peuvent être importants pour certains

  • Proximité de la ville donc pollution de l'air et sonore.

  • Château à environ 1,3 km à vol d'oiseau de l'autoroute : pour Solange qui a visité 2 fois le château elle n'avait pas spécialement fait attention à un éventuellement bruit, pour David qui a visité la dernière fois et qui est très sensible au bruit, en étant à l'extérieur, il entendait le bruit de l'autoroute et trouvait cela génant. Il semblerait aussi que le bruit dépende de l'orientation du vent... Pour vous donner une idée, vidéo courte de la vue devant le château au 1e étage.

  • Lignes à haute tension qui traversent un coin du domaine et se situent, au plus prêt, à 180 m devant le château, le reste des bâtiments sont plus loin.

  • Centrale nucléaire de Golfech : à environ 50 km

  • Des champs autour du domaine : on nous a indiqué que les nuisances par rapport à cela n'étaient pas notables... A confirmer

Comparaison avec d'autres habitats groupés

Mas Coop : à Beaumont-sur-Lèze, 2.400.000 €, 11 logements, des espaces communs, quelques chambres d'amis ou d'hôte. Petit terrain.

Le Village Vertical : immeuble à Villeurbanne, dans la banlieu de Lyon, 1 927 500 €, 14 logements + salle commune + buanderie + 4 chambres d’amis + potager partagé + coursives

Chamarel : immeuble à côté de Lyon, 2.500.000 €, 16 logements, 1 salle commune, 1 buanderie, 1 atelier bricolage, 2 chambres d'amis, 1 bureau (terrain/potager?)

Les Toits partagés : immeuble à Lorient, sur une parcelle de 1857m2, 12 logements, salle commune avec cuisine, buanderie, 2 chambres d'amis, terrasse, jardin, abri de jardin/atelier.

Abricoop : îlot de 4 immeubles à Toulouse, 2.652.000 €, 17 logements, et en partagé terrasses sur toit, cuisine, salle musique, local vélo, buanderies, atelier bricolage, atelier créatif. Ils ont également co-financé avec leurs voisins d’autres espaces partagés : atelier de bricolage, jardin de coeur d’ilot, salle polyvalente de 130m2, un trampoline.

Sur ces exemples, ont voit que les montants correspondent à peu prêt, à ce qui est estimé pour le château de Granès.

Le nombre de logements habitants correspondant à peu prêt, mais on peut dire qu'on pourrait en avoir encore plus et monter à 20 ou 25 au moins sur notre projet. Et en plus nous avons beaucoup d'espaces en plus pour de l'activité d'accueil et des activités diverses, ainsi qu'un restaurant professionel.

Sur ces exemples les habitats groupés ont très peu de terrain, moins d'1ha en général. Sur le château de Granès, pour le même prix nous avons 68 ha, et un lac!

Avantages vs inconvénients du château de Granès

C'est à chacun d'estimer le poids de chaque "avantage" et "inconvénient".

Il est possible que, pour certains, ce lieu ne leur corresponde pas, alors que pour d'autres oui.

Ce lieu n'est peut-être pas parfait, mais semble être une opportunité tout de même, pour aller vers une vie meilleure.

Actuellement beaucoup d'entre nous se sentent isolés au niveau de leurs valeurs (alimentation, hygiène de vie, éducation, écologie, ...) et auraient bien besoin d'entre-aide avec les enfants. Nous vivons à la campagne ou en ville, et sommes déjà confrontés plus ou moins à la pollution de lair, sonore, aux ondes, aux lignes hautes tension. Nous avons des voisins que nous n'avons pas choisis et qui impactent sur nous et nos enfants (odeurs de cigarette et autres, influence de leurs enfants sur les nôtre via la malbouffe, la violence éducative, les écrans, etc.), nous n'avons pas tous un jardin.

Même si ce lieu n'est pas parfait, il peut nous permettre tout de même d'améliorer nos vies et vivre de manière plus écologique :

- vivre avec des personnes qui portent les mêmes valeurs,

- pouvoir laisser nos enfants jouer dans un cadre sécurisé / sécurisant,

- mutualisation de certaines pièces et objets : salle de jeux, salle de musique, outils de bricolage, ...

- produire et consommer nos propres fruits et légumes (que ce soit par un producteur sur le lieu ou par des potagers individuels : nous déciderons de notre organisation),

- mutualisation et entre-aide sur les déplacements (aller en ville, faire des courses, ...),

- profiter de prix de gros sur de l'alimentaire ou d'autres produits,

- avoir accès à des locaux pour proposer nos produits et services,

- etc.

Fonctionnement au quotidien (repas, gestion des différentes activités et statuts des responsables d'activités, temps à "donner à la communauté"?, etc.)

Bientôt les paragraphes suivants

Gouvernance

Confiance et écoute du coeur

Ecologie et autonomie

Bientôt les sondages suivants

Je suis intéressé(e) pour être habitant

Je suis intéressé(e) pour être accueilli ponctuellement (de passage dans la région, vacances, stages)

Je suis intéressé(e) en tant que future partenaire : fournisseur, venir donner des stages, animer des activités hebdomadaires ou régulières, etc.

Réseaux Sociaux

Page Facebook Pétales de VIE

Groupe Facebook Pétales de VIE : pour les gens intéressés de prêt ou de loin par le projet, en tant qu'habitants, vacanciers, locataire ponctuel, ou partenaires

  • Facebook Social Icône
  • Youtube

© 2023 by DIVING SCHOOL. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now